Auteur : Luc Henkinbrant

Pourquoi nous n’applaudissons pas à « l’élection » des sénatrices ?

Comme l’a constaté Radio Okapi : « le nombre des femmes en hausse au Sénat » : « La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié vendredi 15 mars les résultats des élections des sénateurs dans 24 provinces sur les 26 que compte la RDC. Parmi les 100 sénateurs élus, 19 sont des femmes. Ce chiffre est en hausse par rapport à la législature passée, qui ne comptait que 5 sénatrices. La province du Tanganyika est celle qui a envoyé le plus de femmes au Sénat. Sur les quatre élus, trois sont des femmes.Les provinces du Haut-Katanga, Kasaï-Central, Kwango et Kwilu ont, chacune,...

Lire la suite

A lire absolument pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui en RDC

LUTTES SOCIALES EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO – QUELS SONT LES DIFFERENTS ACTEURS EN PRESENCE ?   Une analyse de Didier de Lannoy – Juin 2017 Une classe dirigeante improductive et mafieuse En RDC, un groupe dominant minoritaire [1] a confisqué le pouvoir,s’est approprié la chose publique, fait main basse sur toutes les ressources du pays (avec le concours de nombreux intérêts économiques extra-nationaux) et dépossédé le peuple de sa souveraineté par le biais de « politiciens de métier », souvent hors mandat, formellement « élus » dans le cadre d’élections bidouillées. Ces « politiciens de métier » grassement rémunérés (ministres, députés, sénateurs, etc) relèvent de  plusieurs factions à composition variable : une soi-disant majorité constituée en « parti-Etat de fait »  et une opposition croupion, parfois nzing-nzong ou chauve-souris et souvent perdiémiste (habilement contingentée, neutralisée, manipulée, emprisonnée ou savamment compromise et « entretenue »), appelée à faire de la « figuration démocratique » au sein d’assemblées-théâtres ou de « dialogues » prétendument inclusifs servant, pour l’essentiel, à donner une apparence de légitimité ou une façade de respectabilité au pouvoir arbitraire et absolu de quelques-uns… chacun étant appeler à jouer le rôle qui lui est dévolu dans un « théâtre de chez nous » commun. Composées le plus souvent d’anciens associés devenus rivaux et concurrents, ces différentes factions, en effet, s’entredéchirent férocement et se disputent âprement l’accès à la mangeoire publique dans une « course au pouvoir » ou une « danse ya ba boss » sans merci, une « guerre de territoires » entre gangs, une « querelle de famille » fratricide… sans aucun véritable...

Lire la suite

Des milliers de jeunes (filles) comme Greta Thunberg participent ce vendredi à la grève mondiale pour le climat

Ce vendredi, les jeunes de 1.325 villes, dans 98 pays, déserteront leurs salles de classe pour dire aux adultes qu’ils doivent agir pour faire baisser la fièvre dont souffre la Terre. Il s’agira de la plus grande manifestation étudiante jamais vue. Et Greta Thunberg, jeune Suédoise de 16 ans, n’est pas étrangère à ce succès. Je ne m’arrêterai pas. Pas tant que les émissions de gaz à effet de serre ne seront pas descendues sous le niveau critique. » Si l’humanité remporte un jour le combat contre le changement climatique, elle pourra bien remercier cette jeune Suédoise têtue. Armée de son...

Lire la suite

Comment sortir de cette fabrique de la masculinité ?

À la suite du mouvement #MeToo, les diverses formes de violences envers les femmes interrogent la façon dont, dans notre société, les hommes construisent leur identité. Les scandales se suivent, selon des modalités diverses. Dernier en date, l’affaire française de la “Ligue du LOL”. Des jeunes journalistes ont, au début de carrières aujourd’hui confortables, utilisé Twitter pour, parfois pendant plusieurs années, harceler confrères mais surtout consœurs. Comment ces hommes travaillant dans des médias dits progressistes ont-ils pu en toute impunité faire preuve d’homophobie et de sexisme ? L’explication avancée par l’un deux lance sur une piste: “Je voyais ce Twitter comme...

Lire la suite

Ce que veulent les femmes : Petit historique en photos des dernières grandes revendications féministes.

Le 16 février 1966, en Belgique, les “femmes-machines” de la FN Herstal arrêtent le travail et réclament l’égalité salariale. Les 3.000 grévistes tiendront 12 semaines et obtiendront une partie de leurs revendications. Le 14 juin 1991, en Suisse, le mouvement “Femmes bras croisés, le pays perd pied” réclame l’application de l’article sur l’égalité de la Constitution. La loi entre en vigueur en 1996. Le 3 juin 2015, en Argentine, une manifestation géante rassemble 300.000 personnes contre les violences faites aux femmes. Sous la bannière Ni Una Menos (“Pas une de moins”), le mouvement s’est diffusé dans toute l’Amérique latine. Le 3 octobre 2016, ou “Lundi...

Lire la suite

Abonnez-vous gratuitement à Debout Congolaises

Abonnez-vous à notre newsletter. Il suffit d'introduire votre adresse mail et de cliquer "Je m'abonne!".

Nos dossiers