Vous pouvez, tout en étant convaincu que tous les individus devraient jouir des mêmes droits, indépendamment de leur genre, hésiter à vous revendiquer vous-même « féministe » ou un « homme genré ».

 Peut-être parce que vous n’êtes pas témoin, autour de vous, de ces discriminations contre lesquelles « les féministes » continuent de s’insurger ou que vous n’en êtes pas conscient. Et pourtant ces discriminations persistent et il est possible (et nécessaire !) d’agir pour lutter contre ces inégalités persistantes.

L’Égalité ne se fera pas sans vous !

La lutte pour l’égalité des droits ne se fera pas sans vous, messieurs. Le féminisme (le combat pour la parité, les droits des femmes, etc.)  a besoin de vous, tout comme les hommes ont besoin du féminisme pour se défaire eux-aussi des stéréotypes de genre : « un garçon, ça ne pleure pas », « un enfant a besoin de sa mère plus que de son père », et tout autant de « petites phrases » qui jalonnent votre existence d’homme et visent à vous cantonner dans le rôle du « mâle protecteur », image édictée par le modèle patriarcal de notre société.

L’ennemi du féminisme, ce ne sont pas les hommes, ni même les machos : c’est le patriarcat, dont les femmes ne sont pas les seules victimes. Vous avez donc tout autant intérêt que les femmes à vous affranchir de ses codes oppressants.

« Le patriarcat désigne « une forme d’organisation sociale et juridique fondée sur la détention de l’autorité par les hommes »

Dès lors, comment les hommes doivent-ils se comporter pour devenir les alliés dont le féminisme a besoin ?

De notre côté, nous distinguons 7 grandes lignes de conduite à observer par ceux qui aspirent à rejoindre le mouvement en faveur de l’égalité :

  1. Prendre conscience
  2. Écouter
  3. Se documenter
  4. Comprendre
  5. Apprendre
  6. Agir
  7. Accepter

La première ligne de conduite à suivre « Prendre conscience« , la semaine prochaine.

Cet article est largement inspiré du site Madmoizelle et légèrement adapté au contexte africain par la rédaction de « Debout Congolaises ».

Je recommande à mes ami·e·s...

...de découvrir le nouveau magazine web "Debout Congolaises" en leur transmettant facilement un petit message.

Si cet article vous a paru intéressant, faites connaître ce magazine à vos ami·e·s!

J'invite mes ami·e·s