« Explique-lui les privilèges et les inégalités, et l’importance de reconnaître sa dignité à toute personne » : 9ème suggestion pour une éducation féministe

« Explique-lui les privilèges et les inégalités, et l’importance de reconnaître sa dignité à toute personne »  : 9ème suggestion pour une éducation féministe

À une amie qui lui demande quelques conseils pour élever selon les règles de l’art du féminisme la petite fille qu’elle vient de mettre au monde, Chimamanda Ngozi Adichie répond sous la forme d’une missive enjouée, non dénuée d’ironie, qui prend vite la tournure d’un manifeste. L’écrivain nigériane examine les situations concrètes qui se présentent aux parents d’une petite fille et explique comment déjouer les pièges que nous tend le sexisme, à travers des exemples tirés de sa propre expérience. Cette lettre manifeste s’adresse à tous : aux hommes comme aux femmes, aux parents en devenir, à l’enfant qui subsiste en nous et qui s’interroge sur l’éducation qu’il a reçue. Chacun y trouvera les clés d’une ligne de conduite féministe, qui consiste à croire en la pleine égalité des sexes et l’encourager.

Debout Congolaises ! tient beaucoup à faire connaître à un très large public congolais les 15 suggestions pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie. C’est pourquoi nous en reprenons la publication au rythme d’ une suggestion par semaine.

NEUVIÈME SUGGESTION : Offre à Chizalum un sentiment d’identité.

C’est important. Fais-le consciemment. Permets-lui de grandir en se considérant, entre autres, comme une femme igbo, et d’en être fière.

Et tu devras faire preuve de sélectivité : apprends-lui à adopter les plus beaux aspects de la culture igbo, et à rejeter ceux qui ne le sont pas. Tu peux lui dire par exemple, dans différents contextes et de différentes manières : « La culture igbo est merveilleuse parce qu’elle valorise la communauté, le consensus et le travail, et que sa langue et ses proverbes sont beaux et pleins de sagesse. Mais la culture igbo affirme aussi que les femmes ne peuvent pas faire certaines choses simplement parce qu’elles sont des femmes, et ce n’est pas bien.

La culture igbo est aussi un peu trop matérialiste, et bien que l’argent soit important — car il est synonyme d’autonomie —, tu ne dois pas juger de la valeur des gens selon qu’ils ont ou non de l’argent. »

Entreprends tout aussi consciemment de lui montrer l’inaliénable beauté et la résilience des Africains et des Noirs. Pourquoi ?

À cause des dynamiques de pouvoir à l’œuvre dans le monde, elle grandira en voyant des images de la beauté des Blancs, des talents des Blancs et de la réussite des Blancs, et ce quel que soit le pays où elle se trouve. Cela viendra des émissions télé qu’elle regarde, de la culture populaire qu’elle consomme, des livres qu’elle lit. Elle grandira sans doute aussi en voyant des images négatives des Noirs et des Africains. Apprends-lui à se sentir fière de l’histoire des Africains et de la diaspora noire.

Trouve dans l’histoire des héros noirs, hommes et femmes. Ils existent. Tu devras peut-être aller à l’encontre de ce qu’elle apprendra à l’école. On ne peut pas franchement dire en effet que l’idée d’enseigner aux enfants à être fiers de leur histoire soit très présente dans le cursus nigérian. Ses professeurs s’y entendront donc très bien pour lui apprendre les mathématiques, les sciences, les arts et la musique, mais ce sera à toi de lui enseigner la fierté.

Explique-lui les privilèges et les inégalités, et l’importance de reconnaître sa dignité à toute personne qui n’est pas mal intentionnée à son égard ; apprends-lui que les domestiques sont des êtres humains comme elle, apprends-lui à toujours saluer le chauffeur.

Associe ces exigences à son identité ; par exemple, dis-lui : « Dans notre famille, les enfants saluent les personnes plus âgées, quelle que soit leur fonction. »

Donne-lui un surnom igbo. Quand j’étais petite, ma tante Gladys m’appelait Ada Obodo Dike. J’ai toujours adoré ça. Apparemment, mon village d’Ezi-Abba est connu comme la Terre des Guerriers, et être appelée la fille de la Terre des Guerriers était délicieusement grisant.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos dossiers

Pensez à vos ami·e·s !

Partagez cet article !

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous pour être informée régulièrement de nos nouveaux articles.

Votre inscription est enregistrée!

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d'info

Ajoutez-vous à notre liste pour être averti·e de nos nouvelles publications.

Votre inscription a été enregisrée!