Étiquette : masculinité toxique

 «La société paye cher le prix de la virilité» et de la masculinité toxique

Les hommes sont responsables de l’écrasante majorité des comportements asociaux et violents, liés à une éducation virile, qui représente un surcoût énorme pour la société, selon Lucile Peytavin*. Et la chercheuse de suggérer : n’aurions-nous pas tous intérêt à nous comporter comme les femmes ? Combien coûtent à la société les conséquences de la virilité érigée en idéologie dominante ? L’historienne Lucile Peytavin s’interroge dans son essai Le coût de la virilité, sorti début mars en Livre de poche, sur les raisons de la surreprésentation des hommes parmi les auteurs de violences et de comportements à risques. Elle chiffre le prix de cette...

Lire la suite

Masculinités positives : c’est parti pour la campagne #VraiMobali

Le média en ligne Habari RDC a lancé à partir du lundi 1er juin une campagne en ligne et hors ligne sur les masculinités positives. Sous le hashtag #VraiMobali, plusieurs plateformes publieront des articles, des vidéos, etc. dont vous trouverez  les premières parutions ci-dessous. La campagne #VraiMobali vise à combattre l’idée reçue selon laquelle il n’y a qu’une sorte de masculinité possible, celle de l’homme fort, viril, et supérieur à la femme. Ce qui a pour conséquences, entre autres, les violences et discriminations faites aux femmes. En d’autres termes, un vrai mobali traite d’égal à égal avec les autres, notamment les femmes, dans le respect mutuel. Cette campagne #VraiMobali durera deux mois avec l’accompagnement des partenaires de Habari RDC dont Si Jeunesse Savait, Afia Mama, Amour Afrique, Sofepadi, RNW, etc. et l’Observatoire de la parité et de l’égalité H/F (OPE) ainsi que de son magazine féministe en ligne deboutcongolaises.org 

Lire la suite

Certains intellectuels congolais  » ont cessé de jouer leur rôle de lanceurs d’alertes, de gardiens des valeurs universelles : celles de la vérité, de la justice et de la liberté ».

Dans. un discours prononcé à l’occasion du doctorat honoris causa de l’Université Protestante du Congo (UPC), le Dr. Mukwege, Prix Nobel de la. Paix, interpelle les intellectuels congolais, souligne que les violences sexuelles liées au conflit ne sont que l’expression patente des violences commises de façon latente en temps de paix et rappelle que le Rapport Mapping dresse l’inventaire de crimes imprescriptibles qui ne peuvent être ni oubliés ni rester impunis.

Lire la suite
Chargement

Nos dossiers